cancer-conferences

Les femmes qui allaitent sont moins susceptibles de contracter un cancer du sein

Les femmes qui allaitent leurs bébés ont un risque nettement plus faible de développer un cancer du sein. L’allaitement maternel a des effets extrêmement positifs à long terme sur la santé de la mère.

L’allaitement maternel prévient le cancer, l’ostéoporose et l’hypertension artérielle

Selon une étude réalisée par des scientifiques de l’université de Caroline du Nord Chapel Hill (publiée dans la revue Archives of Internal Medicine), les femmes qui allaitent leurs bébés ont un risque nettement plus faible de développer un cancer du sein. Outre l’importance de l’allaitement pour le développement mental et physique de l’enfant, cette étude a démontré que l’allaitement a également des effets extrêmement positifs à long terme sur la santé maternelle.

Les femmes qui ont allaité leur bébé ont non seulement eu moins souvent un cancer du sein, mais elles ont aussi eu des problèmes de santé. D’autres maladies, telles que le cancer des ovaires, l’ostéoporose, l’hypertension artérielle et diverses affections cardiaques, étaient également moins fréquentes chez les femmes qui avaient allaité leur bébé que chez celles qui ne l’avaient pas du tout allaité ou ne l’avaient allaité que pendant quelques mois.

Les femmes atteintes d’un cancer dans leur famille peuvent réduire leur propre risque de cancer

Les chercheurs ont examiné les antécédents médicaux de 60 075 infirmières qui ont fourni des informations détaillées sur leurs antécédents médicaux et leur comportement d’allaitement au cours de la deuxième Harvard Nurses’ Health Study en 1997. En juin 2005, le comportement d’allaitement a ensuite été comparé au risque de cancer de ces femmes au cours des huit dernières années.

Les résultats ont été particulièrement frappants lorsque les chercheurs ont examiné de plus près les femmes dont les familles avaient déjà connu des cas de cancer du sein. Parmi ces femmes, celles qui avaient allaité leurs enfants présentaient un risque de cancer du sein inférieur de 59 % à celles qui n’avaient pas allaité.

Une fertilité élevée et un allaitement prolongé réduisent le risque de cancer du sein

Dès 2002, la revue médicale The Lancet a publié une étude sur « La durée de l’allaitement et le risque de cancer du sein » et est arrivée à la conclusion que la durée de l’allaitement par enfant, en particulier, pouvait réduire considérablement le risque de cancer du sein. Pour chaque « année d’allaitement », le risque de cancer du sein des plus de 150 000 femmes examinées dans cette étude a diminué de 4,3 %.

Même les femmes qui n’ont jamais allaité leurs enfants courent un risque différent de développer un cancer du sein selon le nombre d’enfants qu’elles ont eus. Pour elles, le risque de cancer du sein diminue avec chaque enfant né (attention, même si elles n’ont pas allaité leurs enfants). Cependant, même les femmes qui ont le plus d’enfants et qui n’allaitent pas ont un risque beaucoup plus élevé de cancer du sein que les femmes qui ont moins d’enfants mais qui les allaitent pendant de nombreux mois.

L’allaitement maternel remplace les médicaments

« J’ai été très surprise », a déclaré Alison M. Stuebe, directrice de recherche de l’étude de 2005.

Dans d’autres études, les antécédents médicaux familiaux des sujets n’avaient pas été inclus dans les évaluations, de sorte que dans la plupart des cas, seules de légères différences entre le risque de cancer des femmes ayant allaité et de celles qui n’ont pas allaité ont pu être observées ».

Cependant, les femmes qui allaitent sont souvent aussi des femmes ayant un revenu et un niveau d’éducation plus élevés. Il est donc nécessaire de poursuivre les recherches sur l’influence de l’allaitement sur le risque de cancer du sein afin d’exclure la possibilité que les résultats de l’étude aient pu être un simple effet de corrélation, déclare Alison M. Stuebe.

Toutefois, si les résultats peuvent être confirmés par d’autres études, l’allaitement peut être considéré comme aussi efficace pour réduire le risque de cancer que le tamoxifène, un médicament qui réduit l’activité des œstrogènes dans l’organisme. Il est souvent prescrit comme mesure de prévention du cancer aux femmes dont la famille a eu un cancer, à la différence que l’allaitement est beaucoup mieux toléré et plus sain que les médicaments qui réduisent les œstrogènes.

Quitter la version mobile